10 ans pour agir : 17 objectifs pour soutenir le développement durable # 3

Mis à jour : mai 1

L'ONU a défini 17 objectifs pour soutenir le développement et la mise en place d'un monde durable et vivable d'ici 2030. 10 ans. Nous avons tous notre rôle à jouer. Prêts à agir? Cet article présente les objectifs 7, 8 et 9 et les cibles à atteindre pour soutenir la mise en place d'un monde vivable et durable.


Objectif 7 : garantir l’accès de tous à des services énergétiques fiables, durables et modernes, à un coût abordable



Dans le monde, des progrès ont été accomplis dans la réalisation de l’objectif 7, et des signes encourageants suggèrent que l’énergie est plus largement accessible et durable. L’accès à l’électricité dans les pays les plus pauvres est en augmentation, l’efficacité énergétique continue de s’améliorer, et l’énergie renouvelable réalise des progrès impressionnants dans le secteur de l’électricité.


Cependant, des progrès soutenus sont nécessaires afin d’améliorer l’accès, pour 3 milliards de personnes, à des technologies et à des combustibles non polluants et sûrs pour cuisiner ; d’accroître l’utilisation des énergies renouvelables au-delà du secteur de l’électricité et ; de développer l’électrification en Afrique subsaharienne.


Le Rapport de suivi consacré aux avancées de l’objectif de développement durable 7 fournit un tableau de bord mondial permettant d’enregistrer les progrès réalisés en matière d’accès à l’énergie, d’efficacité énergétique et d’énergies renouvelables. Il évalue les progrès réalisés par chaque pays dans ces trois domaines et donne un aperçu du chemin qu’il nous reste à parcourir jusqu’à la réalisation des cibles des objectifs de développement durable pour 2030.


Faits et chiffres à garder en tête :

  • 13% de la population mondiale n’a pas accès à l’électricité moderne.

  • 3 milliards de personnes dépendent du bois, du charbon ou des déchets animaux pour la cuisson et le chauffage.

  • L’énergie est le principal facteur contribuant au changement climatique, ce qui représente environ 60 pour cent des émissions mondiales de gaz à effet de serre

  • La pollution de l’air intérieur due à l’utilisation de combustibles a provoqué 4,3 millions de décès en 2012, les femmes et les filles représentant 60% de ces décès.

  • La part des énergies renouvelables dans la consommation finale d’énergie a atteint 17,5% en 2015.

D'ici 2030, les cibles à atteindre :

  • garantir l’accès de tous à des services énergétiques fiables et modernes, à un coût abordable

  • accroître nettement la part de l’énergie renouvelable dans le bouquet énergétique mondial

  • multiplier par deux le taux mondial d’amélioration de l’efficacité énergétique

  • renforcer la coopération internationale en vue de faciliter l’accès à la recherche et aux technologies relatives à l’énergie propre, notamment l’énergie renouvelable, l’efficacité énergétique et les nouvelles technologies relatives aux combustibles fossiles propres, et promouvoir l’investissement dans l’infrastructure énergétique et les technologies relatives à l’énergie propre

  • développer les infrastructure et améliorer les technologies afin d’approvisionner en services énergétiques modernes et durables tous les habitants des pays en développement, en particulier des pays les moins avancés, des petits États insulaires en développement et des pays en développement sans littoral, dans le respect des programmes d’aide qui les concernent

Pour en savoir plus sur l'objectif 7 de développement durable défini par l'ONU


Objectif 8 : promouvoir une croissance économique soutenue, partagée et durable, le plein emploi productif et un travail décent pour tous



Une croissance économique soutenue et partagée peut entraîner des progrès, créer des emplois décents pour tous et améliorer le niveau de vie.


La COVID-19 a bouleversé des milliards de vies et mis l’économie mondiale en péril. En effet, le Fonds monétaire international (FMI) prévoit une récession aussi grave ou pire encore que celle de 2009. Alors que les pertes d’emploi s’intensifient, l’Organisation internationale du Travail estime que près de la moitié de la main-d’œuvre mondiale risque de perdre ses moyens de subsistances.


Même avant l’apparition de la COVID-19, un pays sur cinq — où vivent des milliards de personnes dans la pauvreté — était susceptible de voir le revenu par habitant stagner ou baisser en 2020. Aujourd’hui, les ravages économiques et financiers provoqués par la pandémie de COVID-19 — tels que les perturbations de la production industrielle, la chute des prix des produits de base, la volatilité des marchés financiers et l’insécurité croissante — compromettent la croissance économique déjà faible et aggravent les risques accrus liés à d’autres facteurs.


Faits et chiffres à garder en tête :

  • Le taux de chômage mondial en 2017 était de 5,6%, contre 6,4% en 2000.

  • À l’échelle mondiale, 61% des travailleurs occupaient un emploi informel en 2016. En excluant le secteur agricole, 51% de tous les travailleurs entraient dans cette catégorie d’emploi.

  • Les hommes gagnent 12,5% de plus que les femmes dans 40 pays sur 45 disposant de données.

  • L’écart de rémunération entre hommes et femmes dans le monde est de 23% et, sans action décisive, il faudra encore 68 ans pour parvenir à un salaire égal. Le taux d’activité des femmes sur le marché du travail est de 63% et celui des hommes de 94%.

  • Malgré leur présence croissante dans la vie publique, les femmes continuent de consacrer 2,6 fois plus de temps que les hommes aux tâches domestiques et non rémunérées.

  • 470 millions d’emplois par an seront nécessaires dans le monde pour les nouveaux venus sur le marché du travail entre 2016 et 2030.

D'ici 2030, les cibles à atteindre :

  • Maintenir un taux de croissance économique par habitant adapté au contexte national et, en particulier, un taux de croissance annuelle du produit intérieur brut d’au moins 7 % dans les pays les moins avancés

  • Parvenir à un niveau élevé de productivité économique par la diversification, la modernisation technologique et l’innovation, notamment en mettant l’accent sur les secteurs à forte valeur ajoutée et à forte intensité de main-d’œuvre

  • Promouvoir des politiques axées sur le développement qui favorisent des activités productives, la création d’emplois décents, l’entrepreneuriat, la créativité et l’innovation et stimulent la croissance des microentreprises et des petites et moyennes entreprises et facilitent leur intégration dans le secteur formel, y compris par l’accès aux services financiers

  • Améliorer progressivement, jusqu’en 2030, l’efficience de l’utilisation des ressources mondiales du point de vue de la consommation comme de la production et s’attacher à ce que la croissance économique n’entraîne plus la dégradation de l’environnement, comme prévu dans le cadre décennal de programmation relatif à la consommation et à la production durables, les pays développés montrant l’exemple en la matière

  • Parvenir au plein emploi productif et garantir à toutes les femmes et à tous les hommes, y compris les jeunes et les personnes handicapées, un travail décent et un salaire égal pour un travail de valeur égale

  • Réduire considérablement la proportion de jeunes non scolarisés et sans emploi ni formation

  • Prendre des mesures immédiates et efficaces pour supprimer le travail forcé, mettre fin à l’esclavage moderne et à la traite d’êtres humains, interdire et éliminer les pires formes de travail des enfants, y compris le recrutement et l’utilisation d’enfants soldats et, d’ici à 2025, mettre fin au travail des enfants sous toutes ses formes

  • Défendre les droits des travailleurs, promouvoir la sécurité sur le lieu de travail et assurer la protection de tous les travailleurs, y compris les migrants, en particulier les femmes, et ceux qui ont un emploi précaire

  • Elaborer et mettre en œuvre des politiques visant à développer un tourisme durable qui crée des emplois et mette en valeur la culture et les produits locaux

  • Renforcer la capacité des institutions financières nationales de favoriser et généraliser l’accès de tous aux services bancaires et financiers et aux services d’assurance

  • Accroître l’appui apporté dans le cadre de l’initiative Aide pour le commerce aux pays en développement, en particulier aux pays les moins avancés, y compris par l’intermédiaire du cadre intégré renforcé pour l’assistance technique liée au commerce en faveur des pays les moins avancés.

  • Elaborer et mettre en œuvre une stratégie mondiale en faveur de l’emploi des jeunes et appliquer le Pacte mondial pour l’emploi de l’Organisation internationale du Travail

Pour en savoir plus sur l'objectif 8 de développement durable défini par l'ONU


Objectif 9 : bâtir une infrastructure résiliente, promouvoir une industrialisation durable qui profite à tous et encourager l’innovation



Une industrialisation durable qui profite à tous, allant de pair avec des innovations et des infrastructures, peut libérer des forces économiques dynamiques et compétitives qui génèrent des emplois et des revenus.


Ces facteurs ont un rôle crucial dans l’introduction et la promotion de nouvelles technologies, le développement du commerce international et l’utilisation efficace des matières premières.


Cependant, il reste encore beaucoup à faire au niveau mondial pour exploiter pleinement ce potentiel. Les pays les moins avancés, en particulier, doivent intensifier le développement de leur secteur manufacturier s’ils veulent atteindre cet objectif d’ici à 2030, et doivent augmenter leurs investissements dans la recherche scientifique et l’innovation.


La croissance de l’industrie manufacturière s’est ralentie partout dans le monde, et ce même avant l’apparition de la pandémie de COVID-19. Désormais, la pandémie frappe de plein fouet les industries manufacturières et entraîne des perturbations dans les chaînes de valeur mondiales ainsi que dans l’approvisionnement des produits.


L’innovation et les progrès technologiques ont une importance capitale dans la recherche de solutions durables aux défis économiques et environnementaux, tels que l’utilisation optimale des ressources et de l’énergie. La part du produit intérieur brut (PIB) mondial investie dans la recherche­développement est passée de 1,5 % en 2000 à 1,7 % en 2015 et est demeurée pratiquement inchangée en 2017 ; toutefois, elle s’élevait à moins de 1 % dans les régions en développement.


Faits et chiffres à garder en tête :

  • Les infrastructures de base comme les routes, les technologies de l’information et de la communication, l’assainissement, l’énergie électrique et hydraulique, restent rares dans de nombreux pays en développement

  • 16% de la population mondiale n’a pas accès aux réseaux haut débit mobiles

  • Pour de nombreux pays africains, en particulier pour les pays à faible revenu, les contraintes existantes en matière d’infrastructures affectent la productivité des entreprises d’environ 40%

  • La part mondiale de la valeur ajoutée manufacturière dans le PIB est passée de 15,2% en 2005 à 16,3% en 2017, sous l’effet de la croissance rapide du secteur manufacturier en Asie.

  • Le secteur manufacturier est une importante source d’emplois, qui représentait près de 470 millions d’emplois dans le monde en 2009 – soit environ 16% des 2,9 milliards de travailleurs mondiaux

  • L’industrialisation a un effet multiplicateur sur l’emploi et donc un impact positif sur la société : chaque emploi dans le secteur manufacturier crée 2,2 emplois dans d’autres secteurs

  • Les petites et moyennes entreprises engagées dans la transformation et la fabrication industrielles jouent un rôle crucial dans les premières phases de l’industrialisation et sont généralement les plus grandes créatrices d’emplois. Elles représentent plus de 90 % des entreprises dans le monde et entre 50 à 60% des emplois

  • Les pays les moins avancés ont un immense potentiel en ce qui concerne l’industrialisation, notamment dans les secteurs de l’alimentation et des boissons (agro-industrie), du textile et des vêtements

  • Les pays à faible et à moyen revenu peuvent tirer parti de leur intégration dans les industries métallurgiques, celles-ci répondant à une demande internationale en pleine croissance

  • Dans les pays en développement, à peine 30% de la production agricole fait l’objet d’une transformation industrielle. Dans les pays à revenu élevé, ce chiffre s’élève à 98 %

D'ici 2030, les cibles à atteindre :

  • Mettre en place une infrastructure de qualité, fiable, durable et résiliente, y compris une infrastructure régionale et transfrontière, pour favoriser le développement économique et le bien-être de l’être humain, en mettant l’accent sur un accès universel, à un coût abordable et dans des conditions d’équité

  • Promouvoir une industrialisation durable qui profite à tous et, d’ici à 2030, augmenter nettement la contribution de l’industrie à l’emploi et au produit intérieur brut, en fonction du contexte national, et la multiplier par deux dans les pays les moins avancés

  • Accroître, en particulier dans les pays en développement, l’accès des entreprises, notamment des petites entreprises industrielles, aux services financiers, y compris aux prêts consentis à des conditions abordables, et leur intégration dans les chaînes de valeur et sur les marchés

  • Moderniser l’infrastructure et adapter les industries afin de les rendre durables, par une utilisation plus rationnelle des ressources et un recours accru aux technologies et procédés industriels propres et respectueux de l’environnement, chaque pays agissant dans la mesure de ses moyens.

  • Renforcer la recherche scientifique, perfectionner les capacités technologiques des secteurs industriels de tous les pays, en particulier des pays en développement, notamment en encourageant l’innovation et en augmentant considérablement le nombre de personnes travaillant dans le secteur de la recherche et du développement pour 1 million d’habitants et en accroissant les dépenses publiques et privées consacrées à la recherche et au développement d’ici à 2030.

  • Faciliter la mise en place d’une infrastructure durable et résiliente dans les pays en développement en renforçant l’appui financier, technologique et technique apporté aux pays d’Afrique, aux pays les moins avancés, aux pays en développement sans littoral et aux petits États insulaires en développement.

  • Soutenir la recherche, le développement et l’innovation technologique au niveau national dans les pays en développement, notamment en instaurant des conditions propices telles que la diversification industrielle et l’ajout de valeur aux marchandises.

  • Accroître nettement l’accès aux technologies de l’information et de la communication et faire en sorte que tous les habitants des pays les moins avancés aient accès à Internet à un coût abordable d’ici à 2020.

Pour en savoir plus sur l'objectif 9 de développement durable défini par l'ONU





14 vues0 commentaire