La checklist d'une gouvernance d'entreprise responsable

Dernière mise à jour : il y a 3 jours


Devenir une entreprise responsable, ça prend du temps et c'est normal ! Nous vous proposons aujourd'hui de découvrir les pratiques d'une gouvernance d'entreprise responsable. La gouvernance, c'est le socle de l'entreprise et ce quelque soit sa taille. La finalité de la gouvernance est la création de valeur pour l'ensemble des parties prenantes de l'entreprise. Alors, quelles sont les meilleures pratiques d'impact à mettre en place dans votre mode de gouvernance pour soutenir le développement d'une entreprise responsable, alignée avec les enjeux sociaux et environnementaux de notre époque ?



Les pratiques d'une gouvernance d'entreprise responsable


La raison d'être et la mission d'entreprise


Tout commence par une raison d'être et une mission d'entreprise clairement définies. Nous vous parlions dans cet article des questions à vous poser pour définir une mission et une raison d'être d'entreprise :

  • Pourquoi mon entreprise existe-t-elle et pourquoi existera-t-elle encore dans 50 ans ?

  • En quoi mon entreprise est-elle utile à son écosystème et à la société tout entière ?

  • Qui sera mon entreprise demain et quelle sera sa contribution à son écosystème et à la société tout entière ?

Une fois les réponses à ces questions apportées, vous devriez être en mesure de définir clairement votre mission d'entreprise et votre raison d'être. Cette mission doit être engagée et engageante pour l'ensemble de vos parties prenantes.


La mission de l'entreprise est garante de la direction que vous vous donnez pour les prochaines années.

Pour vous assurer du respect de cette mission, vous pouvez devenir Entreprise à mission et ainsi inscrire votre mission dans vos statuts. De cette manière, vous vous assurez que vos intentions soient respectées, même si vous décidez de faire autre chose.


Voici quelques exemples de missions d'entreprises qui nous inspirent chez Moment of Impact :


  • Alfie : donner les clés du web au plus grand nombre afin que chacun puisse participer, créer, innover;

  • MooM : placer chaque produit au centre de toutes les attentions afin qu’il dure le plus longtemps possible, qu’il profite au plus grand nombre et ne devienne jamais un déchet;

  • Explora Project : devenir l'acteur engagé du tourisme d'aventure en proposant, au plus grand nombre, un modèle de voyage à impacts positifs pour l'Homme et l'environnement.

On vous invite à consulter le site de l'observatoire des Entreprises à mission pour découvrir un éventail large de missions d'entreprises et de KPI's extra-financiers sur lesquels les entreprises s'engagent aujourd'hui dans un objectif de réconcilier profitabilité et responsabilité.


Des KPI's extra-financiers


Les KPI's financiers, on les connaît bien : taux de rentabilité, besoins en fond de roulement, capacité d'autofinancement, marge brute, marge nette...


Mais qu'en est-il des KPI's extra-financiers ? De ceux qui permettent à une entreprise de réconcilier profitabilité et responsabilité ? Une entreprise se doit aujourd'hui d'intégrer dans son pilotage une liste des KPI's extra-financiers qui font du sens pour elle.


Toutes les entreprises n'ont pas les mêmes KPI's extra-financiers, l'important est de s'engager sur ceux qui font du sens pour vous et vos parties prenantes.

Pour vous partager quelques exemples de KPI's extra-financiers :

  • le volume d'émissions de gaz à effet de serre;

  • le montant des dons financiers réalisés chaque année à des associations;

  • le nombre de collaborateurs issus de minorités;

  • le % de fournisseurs engagés dans l'amélioration de leurs pratiques sociales et environnementales;

  • le soutien du développement de pratiques éco-responsables pour les parties prenantes...


L'objectif étant que ces KPI's soient dans un premier temps suivis de manière régulière par l'organe de gouvernance de l'entreprise et dans un second temps intégrés dans le quotidien des collaborateurs : fiches de poste, évaluations de performance, primes en fonction de l'atteinte de ces KPI's extra-financiers...


C'est tous ensemble que nous pouvons faire bouger les lignes, et c'est l'entreprise qui doit mobiliser l'ensemble de ses parties prenantes autour de l'atteinte des objectifs extra-financiers.



Le comité de mission


Le comité de mission est obligatoire uniquement pour les entreprises qui souhaitent devenir Entreprise à Mission. Il peut être quand même intéressant pour une entreprise de former un comité de mission : un bon levier de mobilisation des parties prenantes autour de la mission de l'entreprise.


Le rôle du comité de mission est de suivre et d'évaluer la bonne exécution de la mission définie par l'entreprise.


L'entreprise française Aigle s'est ainsi dotée d'un comité de mission chargé de fixer des objectifs et de soutenir le développement de l'entreprise autour de 5 engagements forts :

  • concevoir des produits durables en privilégiant des matières premières recyclées ou certifiées par des organismes reconnus;

  • recourir à des fournisseurs garantissant leur conformité aux principes UN global compact;

  • encourager et favoriser les comportements écologiques des collaborateurs en adaptant les lieux de travail, ainsi qu'en organisant des actions internes de sensibilisation à la protection de l'environnement;

  • mettre en œuvre des actions de sensibilisation à l'économie circulaire et à la protection de l'environnement auprès des clients et leur donner la possibilité d'agir à leur niveau;

  • participer à et soutenir des initiatives de protection de l'environnement, visant notamment la préservation des forêts, de la biodiversité et des aigles.

Pour en savoir plus sur la notion et le rôle du comité de mission


Des formations RSE pour les parties prenantes


Les sujets RSE sont aujourd'hui essentiels pour vos collaborateurs mais pas que ! Nous devons être des millions à nous engager en faveur d'une nouvelle économie pour faire basculer les choses et avoir une chance de laisser une planète vivable aux futures générations.


Pour cela, il faut sensibiliser un maximum d'humains aux enjeux sociaux et environnementaux auxquels nous sommes confrontés. Et c'est là que votre entreprise a son rôle à jouer !


La formation est un outil essentiel de la démarche RSE des entreprises.

Vous pouvez très bien imaginer des parcours de formation et de sensibilisation à destination de vos collaborateurs puis de vos parties prenantes sur les sujets sociaux et environnementaux ! Autant sur les sujets RSE génériques mais également de manière plus spécifique sur les sujets sur lesquels vous vous engagez dans votre entreprise, notamment au travers de vos KPI's extra-financiers.


Le magazine YoumatterWorld recense différentes approches de la formation RSE à découvrir



Un code éthique


Le code éthique d’une entreprise est une charte des bonnes pratiques, applicables à toutes les parties prenantes de l’entreprise. L’entreprise porte à la connaissance de toutes et tous les valeurs, attitudes et éléments de langage clés du groupe, pour que chacun et chacune puisse les comprendre, se les approprier et les appliquer dans son travail et ses relations au travail.


Le champ du règlement intérieur est légalement limité aux engagements et obligations de l'employeur et des salariés (hygiène et sécurité du travail, harcèlement moral et sexuel…). Le code éthique permet donc de formaliser un certain nombre de principes d'actions et de normes qui vont au-delà des obligations légales de l’employeur.



Ainsi, un code de conduite peut être global ou porter spécifiquement sur les pratiques sociales, éthiques ou environnementales de l'entreprise.


En publiant ce document, l’entreprise s'engage à suivre ces règles et à les faire suivre par ses collaborateurs et ses fournisseurs.

Le code ou la charte éthique est une réelle vitrine pour l’entreprise car ce type de document permet aux organisations d'affirmer leurs valeurs en interne mais aussi d’améliorer leur image auprès du grand public (attention au greenwashing 😉 ) en véhiculant des valeurs d’intégrité, de respect de l’environnement et des valeurs humaines. Le code éthique intègre également les sujets de discrimination et de résolution des conflits d'intérêts.


Voici des exemples de codes éthiques pour vous inspirer :


Code éthique Groupe Seb

Code éthique Davidson

Charte éthique YZ Paris



Le conseil d'administration


Et si vous repensiez la composition de votre conseil d'administration ?


Bon, certes, ce n'est pas toujours évident d'intégrer des membres non parties prenantes de l'entreprise à son conseil d'administration. Mais intégrer un expert de votre secteur d'activité qui n'a aucune participation financière dans votre entreprise peut se révéler une très bonne idée !


Un point d'attention important est d'engager le conseil d'administration sur le suivi systématique des KPI's extra-financiers. Et de demander aux membres du conseil d'administration de quelle manière ils peuvent mobiliser leur réseau pour soutenir l'équilibre financier / extra-financier de l'entreprise.


Vous pouvez aussi simplement vous assurer que votre conseil d'administration soit représentatif de l'ensemble de vos parties prenantes, c'est déjà un très bon début !


L'actionnariat salarié


L'actionnariat salarié est un sujet d'actualité en France; l'objectif du gouvernement français étant de porter à 10 % la part du capital des entreprises détenue par les salariés d'ici à 2030.



L'actionnariat salarié permet, entre autre, de bénéficier de plus d'informations sur l'entreprise en sa qualité d'actionnaire. Le salarié peut, dès lors, participer à la prise de décisions quant aux orientations de l'entreprise, ce qui confère davantage de motivation et un sentiment accru d'appartenance à l'entreprise.


Voici un guide intéressant réalisé par Seed Legals qui présente les modèles d'actionnariat salarié ainsi que les avantages et inconvénients.



La transparence financière et organisationnelle


Les questions de transparence financière et organisationnelle sont essentielles à notre époque pour construire un socle d'entreprise durable. Parmi les outils dont vous disposez, nous pensons notamment :

  • aux principes de gestion à livre ouvert;

  • aux rapports d'impact annuels;

  • aux organigrammes tenus à jour;

  • aux informations financières partagées publiquement.

Si vous vous posez encore des questions sur les vertus de pratiques transparentes en entreprise, nous vous recommandons cet article intéressant de Julien Dreher de chez Ground qui donne des clés pour intégrer un modèle d'entreprise transparente / accessible dans vos pratiques.


Les nouveaux modèles de gouvernance


Et si vous alliez plus loin dans la transformation du mode de gouvernance de votre entreprise ? Les nouveaux modes de gouvernance visent à instaurer un meilleur équilibre des pouvoirs entre toutes les parties prenantes de l’entreprise, à savoir ses dirigeants, actionnaires, collaborateurs, fournisseurs ou clients.



On pense par exemple à l'holacratie, notamment mise en place chez Innership; ou encore aux entreprises libérées, comme chez Kimpa Impact Family Office !


N'hésitez pas à nous contacter pour échanger au sujet de votre projet d'entreprise durable ou de votre projet de Certification B Corp™ !


18 vues0 commentaire